Pièce après pièce, le trésor de la Fraternité grossit. (1/2)

Lors de notre séjour à Lourdes, on a fait plein de choses. D’autres aussi sont venus nous trouver toutes seules. Des bonnes ou des moins bonnes, nous les avons aimées (peut-être pas sur le moment mais plus tard).

Où est la cuisine.?

Nous n’avons pas eu l’hébergement prévu, Christine et Moi (Gwen) ne dormions pas au même endroit que les autres, mais nous devions les retrouver pour manger. Alors le premier soir (l’unique), nous sommes arrivées au milieu d’une chasse au trésor pour la cuisine. Nous avons fini par la découvrir.


Le lendemain, Christine et moi avons intégré ce logement « l’Hospitalet ». Nous sommes venus enrichir un peu le trésor.

Quelques pièces sont ensuite amenées par le passage du tour de France. Il a un peu dérangé ceux qui faisaient les courses pour l’itinéraire modifié, les contrôles plus nombreux…Pour moi qui devais prendre la route (toujours accompagnée), j’étais plus sereine car il n’y avait pas de circulation, la route toute dégagée. Seul les spectateurs qui me disaient que je n’étais pas dans le mauvais sens mais j’aurais pu leur répondre que j’allais à la gare, avec le train j’arriverais avant et j’apporterais quelques pièces de plus pour le trésor de la Fraternité de Job.

Maintenant c’est la visite de notre Président de la République au sanctuaire. Notre travail doit s’arrêter, peut-être va-t-il un peu prier et fera un don à la Fraternité de Job.

Pendant une nuit, nous avons étés réveillés par un son strident qui s’avérera être l’alarme incendie. Mais ouf ! ce n’était pas la Fraternité de Job qui cuisinait à 3 heures du matin ( on avait trouvé la cuisine mais il ne fallait pas cuisiner)

L’alarme voulait peut être donner l’alerte que maintenant il faut m’utiliser ! …

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.