Quand le matin décide

Je suis dans le rouge, je joue à cache-cache avec la couette grise.

Je m’étire, je bouge et je finis par me lever.

Je suis déjà haut, je peux aller dire Bonjour à mon ami Stratus.

Je monte vite maintenant car je dois être au Zénith pour le déjeuner, je suis invité à manger.

En chemin, je passe à travers une couche de cirrocumulus,  ce sont les jardins de mon ami cirrus.


ça change tout quand je décide de rester caché, de ne pas lâcher ma couette grise.

J’en recouvre tout le firmament, le monde est comme éteint sous mon emprise.

Parfois quand il est très chagriné, il se met à pleurer.
Je peux bien dire que l’ogre cumulonimbus est effrayant.

Heureusement ce n’est pas toujours le même train-train.

Sinon ca ne vaudrait rien, juste moins d’entrain,

Or nous voulons tous vivre de meilleurs lendemains,

On est tellement bien quand tout va bien et avec Toi sur le chemin.

Sous ta main le monde est serein.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.