La Frat. de Job aux Semaines Sociales de Créteil

Lorsque la frat est invitée à témoigner d’une société nouvelle

Bibie, de la Fraternité de la Beauté de Job a été invitée à témoigner à la rencontre diocésaine des Semaines Sociales de France le 9 novembre 2019. Nous y sommes allés à 7 !

Bibie a fait partie de ceux qui ont témoigner d’un vivre ensemble différent expérimenté au cours du Voyage de l’Espérance de Créteil à Lourdes, en mai 2019.

Bruno témoigne :

Le premier groupe auquel j’ai participé était celui de l’aumônière de prison. Elle visite la prison de femmes de Fresnes qui renferme 170 prisonnières. Elle a témoigné de l’extrême pauvreté des prisonnières : elles n’ont qu’une table, une chaise et un lit. Lors de ses visites en cellule, elle ne peut apporter qu’une bible. Elle a témoigné aussi de la grande solidarité qui existe entre les prisonnières. Les femmes sont souvent seules sans visite et souvent abandonnées de leur conjoint. C’est très dur. Elles attendent le pardon et c’est souvent à Dieu qu’elles s’adressent. L’aumônier n’a pas le droit de garder contact avec les prisonnières après leur libération.

Bruno, à l’écoute

Le deuxième groupe était le témoignage d’un jeune de Young Catiras. Young Catiras est un mouvement du Secours Catholique qui rassemble des jeunes immigrants. Souvent les immigrants n’ont pas de futur, pas d’espoir et vivent au présent.  Young Catiras leur permet de vivre pleinement ce présent et de donner un sens à leur vie. Young Catiras n’est pas un mouvement pour assister les jeunes mais pour les réunir et les faire participer. Ainsi ils ont un sens à leur vie et ils se sentent utiles.

Bernard témoigne :

J’ai écouté Bibie témoigner du Voyage Diocésain de l’Espérance à Lourdes. J’ajoutais quelques détails. Mais Bibie était intarissable. 

Je me suis dit que cela pouvait paraître comme un défaut. Mais pas là. Là, c’était un flot important qui n’en finissait pas. Je me suis dit : c’est comme une source intarissable. Cela coule sans effort, sans fatigue, naturellement. C’est une source inspirée par l’amour que Bibie porte en elle-même, qu’elle donne à ces personnes en galère. Rien n’est plus important pour l’être humain que la vie, elle parle de personnes blessées mais vivantes. Et cela coulait toujours de la source. Je crois avoir entrevu dans ces minutes ce que l’Evangile appelle « la vie en abondance« . Merci.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.