J’ai co-animé pour la 1ère fois à Brive-la-Gaillarde

Statue de l’Agonie du Christ à Brive

En novembre 2018, j’ai vécu un agréable voyage en direction de Brive-la-Gaillarde, pour résider chez les Frères Franciscain. Arrivée à destination, j’ai été émerveillée de découvrir cet endroit magnifique, au milieu de la foret et des grottes de St Antoine.

Là-bas j’ai pu faire connaissance d’une trentaine de sœurs franciscaines venues de diverses congrégations, en session de formation que j’ai co-animée avec Eli sur le thème « une église pauvre pour les pauvres ».

J’avoue que pour le 1er jour et le 1er temps que je devais animer, un « temps de présentation à partir d’un objet », j’ai été très intimidée de le faire devant toutes ses sœurs.

Au fur et à mesure des temps d’animation « le lâcher prise, se connaitre, aller vers l’autre et le bonjour en miroir, un moyen pour mieux se connaitre et surtout d’accueillir la personne telle qu’elle est » il y a eu des moments de groupes de partage sur le thème « de la pauvreté c’est quoi ? »

Là où les sœurs ont pu nous faire partager leurs avis. Par moment j’intervenais pour dire l’expérience que j’avais vécue et de ce que j’ai pu vivre et de ce que je vis auprès des personnes en précarité ou de pauvreté. Mes témoignages ont pu permette aux sœurs de voir autrement. D’autres jeux d’animation pour se connaitre comme « le stop en go ».

le jeu de présentation « Stop and Go »

Les sœurs devaient dire leurs prénoms, leurs desserts favoris, et leur grand-mère ou une grand-mère qu’ils aiment ensuite des partages de groupe d’église pauvre avec et pour les pauvres , chacune a pu réfléchir seule sur «qu’est-ce qu’elle entend lorsque l’on parle des périphéries et quel expérience qu’elles ont des périphéries » après ce temps de réflexion c’était les remontées en plénière,  là ou j’ai pu témoigner de ce que moi je vis en périphérie avec les personnes en situation de précarité et de pauvreté. Les sœurs on pu vivre le « Bonjour en miroir » une autre façon de se dire bonjour et de se connaitre avec le regard.

Nous voilà arrivés au temps de la « La salissure » que les sœurs ont pu vivre. Je leurs salis leurs mains avec de la boue. Les frères franciscains les poussaient avec une main sur l’épaule jusqu’au tabernacle et les sœurs prenaient un temps pour prier. Chacune leur tour sont venues vers l’eau avec leur boue sur les mains.

Les frères franciscains leurs lavaient les mains et pour ma part j’étais avec les frères et les aidais pour remette l’eau quand ils en avaient besoin et je donnais les torchons pour que les frères puissent ressuyer les mains des sœurs. Pendant tous ce passage-là, je lisais avec sr Elisabeth des textes qui ont été écrits et dis par des personnes en situation de précarité et de pauvreté. Ensuite j’ai envoyé chacune des sœurs vers mes frères avec une phrase et qu’elles aillent leur dire :

groupe de réflexion à Brive
  • Que Dieu les aime
  • D’oser dire au monde l’amour de Dieu pour tout homme
  • Que leurs paroles ont du prix pour tous
  • Faites silence, Dieu parle aux plus pauvres
  • Tu as du prix à mes yeux, et moi je t’aime comme Dieu nous aime
  • J’ai besoin de toi pour me dire Dieu

En disant les phrases je leur donnais une bougie et une carte « Donne-moi ton regard ». Ce fut un moment rempli d’émotion et qui restera gravé en moi. Pour clôturer la cession a eu lieu une célébration où j’ai pu lire la 1ère lecture de cette célébration et des sœurs ont pu lire aussi des lectures et des intentions de prière ont été dites. C’était une très belle célébration.

Pendant toute cette cession les sœurs ont beaucoup appris et ont eu un autre regard. Elles ont appris comme moi j’ai pu apprendre d’elles. Pour conclure je suis toujours émerveillée de faire ses rencontres. Je ne suis plus ce cocon qui essaie de déployer ses ailes. Je suis ce papillon qui vole de source en source. Vole ! vole ! petit papillon, Vers tout horizon, Fraternisons, Pour un monde en chanson.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.